Blog post

Dans le stress, le corps disparaît au profit de la tête

septembre 30, 2021

Lorsque l’on est dans-le-stress-le-corps-disparaît-au-profit-de-la-tête. Pourquoi ça se passe comme ça?

La période de stress : le corps disparaît au profit de la tête

Lorsque j’étais plongée dans le stress, j’étais préoccupée par de nombreux problèmes et ma tête travaillait trop et tout le temps.  Je n’avais pas une minute pour mon corps même si je m’arrêtais pour faire du sport, de la marche.  Je ne cessais de ressasser mes soucis ce qui alimentait mon mal être.

Seule, il est difficile de changer ses habitudes, de comprendre ce qu’il nous arrive. Je le constate à travers les personnes que j’accompagne. Je vois que ces personnes ressentent de la culpabilité, de la frustration parce que les informations dont elles disposent ne sont pas suffisantes pour qu’elles se les approprient.

En effet, j’ai connu cette période et il m’a fallu du temps pour comprendre ce qu’il se passait dans mon organisme. J’ai dû m’arrêter pour ne plus penser, et me reposer. Une fois que je m’étais reposée j’ai pu progressivement essayer de comprendre ce que je vivais depuis plusieurs années et pourquoi le stress s’était installé durablement. Comme je le dis souvent, j’adorais mon métier et pourtant j’ai fait un burn out. Ce n’est pas le travail proprement dit qui m’a conduit à la dépression c’est plutôt le cadre, l’ambiance de travail et le décalage qui existait entre ce que je vivais et ce que je rêvais de vivre.

Avec le temps je me suis rendu compte que faire ce qu’on me demande et non ce que je souhaite finit par détruire. Je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais et me sentais en souffrance.

Cesser d’être dans le stress pour être dans son corps et plus dans sa tête

Le shiatsu m’a aidé à mettre des mots sur ce que je ressentais au fond de moi, j’ai pu faire des liens entre la fatigue, le burn consume les organismes, et les émotions qui m’avaient habitées. Je suis de formation scientifique et j’aime comprendre les événements et les phénomènes pour les expliquer.  Pour moi c’est la colère que je générais parce que je me sentais frustrée dans mon travail et je ne réussissais pas à m’en défaire parce que je n’avais pas conscience qu’elle me rongeait.

La fatigue a peu à peu disparu pour reprendre goût à la vie parce que j’allais mieux et que je souhaitais sortir de ces années d’isolement social. Mais, créer des relations est parfois difficile lorsque l’on sort de dépression.

Les personnes de l’entourage ne saisissent pas ce qu’est une dépression et je ne souhaite pas me justifier mais oui j’ai changé, mes habitudes ne sont plus les mêmes, je vis différemment, je n’utilise plus les même codes, je dois réapprendre à vivre avec l’envie de m’écouter davantage, de me préserver, d’être moi et ne plus uniquement faire plaisir. Je m’éloigne de certaines personnes parce que, oui j’ai changé.

Les trois étapes de cette reconstruction sont les suivantes :

J’ai compris ce qui m’était arrivé et les mécanismes qui avaient généré cette dépression. Mon regard sur la maladie évoluait pour être dans la prévention

J’ai mis en place de nouvelles habitudes pour changer de comportement

Je garde le cap pour prendre soin de moi au quotidien et avoir une vision différente de ce qu’est un être humain

Je progresse et m’améliore tous les jours, le plus difficile c’est de persévérer pour se faire du bien quotidiennement.

Comment reprendre conscience de son corps pour prendre soin de soi au quotidien

J’ai rédigé un e.book que vous pouvez retrouver ici pour mettre ne place de nouvelles habitudes nécessaire à votre mieux être et surtout à la compréhension du stress

  • La respiration la méditation la réappropriation du corps se sentir respirer envoyer des messages à son corps
  • S’écouter, être en harmonie et compatissante avec ce qui arrive, être patiente et ne pas s’accrocher à ce qui ne va pas mais au contraire être ouverte, confiante dans ce qui va se produire,
  • arriver ne pas chercher systématiquement à nier la douleur la gêne mais au contraire l’accueillir lui faire de la place être compatissante, cherhcerdes solutions pour comprendre ce qu’il se passe
  • se ressourcer par le mouvement
  • prendre du recul sur les événements de la vie
  • se relier, pour exprimer ses émotions, se sentir soutenue
  • prendre soin de soi au quotidien par des soins corporels (shiatsu yoga acupuncture do in)

Le stress n’est pas une fatalité, vous êtes en partie la source de votre stress et vous pouvez transformer votre vie pour vous en éloigner et comprendre ce qu’est l’être humain.

J’en suis une preuve vivante

A bientôt

By catherine

Article précédent Article suivant

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.